- Citations

« J’en ai déduit, je n’ose pas encore le crier en public, le devoir d’apprendre à écrire sous la dictée des absents pour fondre toutes les vies en une seule grande histoire. » Lyonel Trouillot ("L’amour avant que j’oublie" - Actes Sud, Babel, 2009)
 
Que puis-je faire, moi, devant la misère du monde, les guerres, les haines, les famines, tout ce que j’aurais voulu ne plus jamais connaître en sortant de l’univers concentrationnaire ? Je ne peux pas en prendre mon parti. Geneviève De Gaulle-Anthonioz, Le Secret de l’Espérance. (Fayard-Editions Quart Monde - 2001)
 
« La littérature n’est-elle pas ce chemin qui mène à l’autre ? A condition de prendre la vie au sérieux. N’en déplaise à tel grand poète, rien ne prouve que c’est avec des mauvais sentiments qu’on fait de la bonne littérature. » Lyonel Trouillot ("Objectif : l’autre". André Versaille éditeur. 2012)
 
“La fonction de l’écrivain c’est de parler pour les silencieux, c’est de proposer des mots à ceux qui n’ont pas de mots pour s’exprimer.” Charles Juliet (à Charles Busnel dans "le grand entretien" France Inter le 12 juin 2012)
 
J’ai toujours réservé mes soucis et mon intérêt à ceux qui ne sont rien ni personne, à celui qui est perdu dans le grand piétinement, qui est si moyen, si ordinaire qu’on ne remarque même pas sa présence. Henry Miller, Sexus.
 
Il faut que la poésie marche dans l’obscurité et retrouve le cœur de l’homme, les yeux de la femme, les inconnus de la rue, ceux qui à une certaine heure crépusculaire ou en pleine nuit étoilée ont besoin d’elle, même s’il s’agit d’un seul vers… Pablo Neruda - "J’avoue que j’ai vécu"
 
« De même que dans l’amour existe cette illusion de pouvoir ne jamais oublier, de même j’ai eu l’illusion devant Hiroshima que jamais je n’oublierai. De même que dans l’amour... » Marguerite Duras - Hiroshima mon amour.
 
« Presque tout ce qui arrive est inexprimable et s’accomplit dans une région que jamais parole n’a foulée. » Rainer Maria Rilke (“Lettres à un jeune poète”)
 
« ... l’homme est ainsi fait qu’il préfère se croire un pur esprit, une faiseur d’idées, de songes, de rêves et de merveilles. Il n’aime pas qu’on lui rappelle qu’il est aussi un être de matières et que ce qui s’écoule entre ses fesses le constitue autant que ce qui s’agite et germe dans son cerveau. » Philippe Claudel - “Le Rapport de Brodeck”
 
« Quand on écrit, on sent le monde bouger, souple, débordant de possibles. Rien moins que figé. Partout où se diffuse la vie humaine, il n’y a ni immobilité, ni paralysie, ni statu quo. » David Grossman - Conférence au Pen Club - 29 avril 2007
 
« Je sais parce que je le dis / Que ma colère a raison / Le ciel a été foulé la chair de l’homme / A été mise en pièces / Glacée soumise dispersée Je veux qu’on lui rende justice » Paul Eluard (“Poésie ininterrompue”, Gallimard, “Le travail du poète” VII)
 
« Et pour moi, j’ai toujours préféré qu’on témoignât, si j’ose dire, après avoir été égorgé. La pauvreté, par exemple, laisse à ceux qui l’ont vécue une intolérance qui supporte mal qu’on parle d’un certain dénuement autrement qu’en connaissance de cause. » Albert Camus, dans la préface de “La Maison du Peuple”, de Louis Guilloux.
 
Moi qui ai fait métier de conter des histoires, j’ai très peur de celles qui m’attendent. Lyonel Trouillot (Port-au-Prince, 27 janvier 2010)
 
La terre est vide, les pauvres meurent d’attente, leur espérance s’amenuise, leur intelligence s’obscurcit, leur cœur se referme sur eux-mêmes, la pauvreté ne témoigne plus... Joseph Wresinski - Lettre d’Haïti - 22 juillet 1981
 
Tout cœur d’artiste est le lieu d’un combat. Ce qu’il essaie d’exprimer c’est à la fois ce combat et le désir d’en sortir, le désir de la victoire. Albert Camus , Conférence de presse avant la remise du Nobel, le 9 décembre 1957
 
Ils sont marqués du sceau d’une angoisse sans nom et dépouillés de tout... Rainer Maria Rilke ("Le livre de la pauvreté et de la mort")
 
Ce n’est pas un récit, il n’y a pas de mots, leur voix ne s’entend pas. Leur harmonie éclate sur toute la terre et leur langage jusqu’au bout du monde Psaume 19, 4-5
 
Ce qui m’étonne dit Dieu, c’est l’espérance. Et je n’en reviens pas. Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout. Cette petite fille espérance. Immortelle Charles Péguy - “Le Porche de la seconde vertu”
 
aurais-je encore du courage sans le pouvoir de témoigner 05/01/07 03:50 Philippe Rahmy - SMS de la Cloison
 
C’est à la fois se taire et parler, écrire. Marguerite Duras, "C’est tout".
 
Le désert est beau parce qu’il est propre et ne ment pas. Sa netteté est extraordinaire. On n’est jamais sale au désert. Le vent vous décape en permanence. Théodore Monod, Ciel et terre.
 
“Nous n’appartenons à personne sinon au point d’or de cette lampe inconnue de nous inaccessible à nous qui tient éveillés le silence et le courage” René Char - Feuillets d’Hypnos
 
Qui s’aveugle volontairement sur le prochain, sous prétexte de charité, ne fait souvent rien autre chose que de briser le miroir afin de ne pas se voir dedans. Georges Bernanos - Dialogue des Carmélites (Tableau II sc 1)
 
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir. » Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal.
 
L’impossible, nous ne l’atteignons pas, mais il nous sert de lanterne. René Char - L’âge Cassant - Editions J. Corti.
 
Car c’est de l’homme qu’il s’agit, et de son renouement. Quelqu’un au monde n’élèvera-t-il la voix ? Témoignage pour l’homme… Que le poète se fasse entendre, et qu’il dirige le jugement ! Saint-John Perse, Vents III 4
 
Malheur à ceux qui prennent des lois malfaisantes et, quand ils rédigent, mettent par écrit la misère : ils écartent du tribunal les petites gens, privent de leurs droits les pauvres de mon peuple, font des veuves leurs proies et dépouillent les orphelins. Esaïe, 10, 1
 
Juifs, Chrétiens, Musulmans doivent cesser de croire à la suprématie de quelque religion que ce soit. La seule prééminence est de se mettre au service universel des plus pauvres, des plus démunis, pour bâtir ensemble un monde nouveau qui soit enfin digne du créateur du ciel, de la terre et de l’homme. André Chouraqui - “Les dix commandements aujourd’hui”
 
Que faire, lorsqu’on doit travailler dans un lieu, dans un métier où la parole n’existe plus ? L’humanité connaît partout le problème ; elle a trouvé des solutions dont la principale demeure celle-ci : dire ce qui a détruit le dire, faire le récit des événements qui ont amené la destruction de la parole. Marie Balmary - Abel ou la traversée de l’Eden
 
Penser est une lutte, un monstre devant soi que ses mains affrontent à mains nues, je veux penser, et le risque et le peineux et la perte que c’est. François Bon, Impatience.
 
Nul ne saute par-dessus son ombre. Nul ne saute par-dessus sa source. Nul ne saute par-dessus la vulve de sa mère. Pascal Quignard - Les Ombres errantes
 
« ... la parole est au corps ce que le papillon est à la chenille. Ils vivent tous les deux dans des univers différents, l’un flottant en l’air et l’autre collée aux feuilles. Tous deux pourtant sont en continuité : Le papillon ne pourrait exister s’il n’avait pas été chenille. Le passage de la larve à l’imago s’effectue grâce à l’étonnant processus de la métamorphose. » Boris Cyrulnik - Un Merveilleux (...)
 
La vérité est comme une braise ardente, elle brûle qui ne l’a pas comprise. Pour pouvoir être saisie, elle doit être enveloppée dans quelque chose. Amadou Hampâté Bâ Sur les traces d’Amkoullel l’enfant peul - éditions Actes Sud
 
Lequel reçoit davantage, le vase plein ou vide ? Et laquelle a besoin de plus d’eau, la citerne ou la source ? Paul Claudel - L’annonce faite à Marie (acte 1)
 
Et lequel vaut mieux, Pierre ? que je vous partage ma joie, ou que je vous partage votre douleur ? [/Paul Claudel - L’annonce faite à Marie./]
 
Non plus démontrer, mais montrer. Non plus reproduire, mais produire. Non plus exprimer mais découvrir. Claude Simon, discours de réception du Prix Nobel, Stockholm, 9 decembre 1985.
 
Car c’est de l’homme qu’il s’agit, et de son renouement. Quelqu’un au monde n’élèvera-t-il la voix ? Témoignage pour l’homme… [/Saint-John Perse - Vents III, 4/]
 
Aurais-je encore du courage sans le pouvoir de témoigner 05/01/07 03:50 Philippe Rahmy - SMS de la cloison
 
Nous n’appartenons à personne sinon au point d’or de cette lampe inconnue de nous inaccessible à nous qui tient éveillés le silence et le courage René Char - Feuillets d’hypnos
 
De certains hommes on dit qu’ils sont perdus. Perditos. Ils sont comme des trous d’acide dans la vie sociale accoutumée. Pascal Quignard - Les ombres errantes
 
Arracher cette famille pauvre à son destin de pauvres qui est de disparaître de l’histoire sans laisser de traces. Les muets. Ils étaient et ils sont plus grands que moi. Albert Camus - Le premier homme